Revues de presse

Titulaire de la ceinture noire, Lydia Brand souhaite combiner Aïkibudo et son métier (Responsable en Mission Locale Jeunes) pour transmettre à ceux qui en ont besoin, les bienfaits de notre Art.

Lettre cera36Lydia nous expose son projet :

 

L'Aïkibudo est pour moi, plus qu'un sport, c'est un art martial qui nous apprend à nous défendre physiquement, mais aussi moralement. Cet art m'a apporté sérénité, confiance en moi, et plus de respect envers les autres. Je gère différemment mes émotions, je prends de la distance face aux situations difficiles.

Dans mon cadre professionnel, je rencontre tous les jours des jeunes gens qui ont des difficultés d'insertion, mais aussi des difficultés à faire face à des situations stressantes, aux petites incivilités rencontrées quotidiennement dans la famille, dans le quartier ou au travail.

Mon projet consiste à transmettre les valeurs que j'ai trouvées dans l'Aïkibudo à ceux qui sont en difficulté, à ceux dits des « quartiers prioritaires de la ville ». Aussi, ai-je décidé de passer mon monitorat pour avoir la possibilité de concilier mon métier et mon sport passion. Ensuite, je présenterai un projet à ma direction, pour des cours gratuits destinés aux jeunes femmes issues des quartiers prioritaires de la ville. Nous trouverons des financements pour la location de salle, les tenues des jeunes femmes, les licences… car des appels à projets alliant le sport et les quartiers sont possibles. La gratuité est importante car beaucoup d'entre elles, ne peuvent pratiquer un sport que s'il ne coûte rien à la famille.

Souvent, ces jeunes femmes sont pleines de projets mais n'osent pas… La pratique de l'Aïkibudo leur permettrait de se libérer, de comprendre leurs corps, de se défendre face aux contraintes extérieures, de s'affirmer dans certaines situations. Aujourd'hui, je constate que seules celles qui ont du caractère sortent des chemins déjà tracés pour elle. Les autres auraient besoin d'un peu d'estime d'elles-mêmes, d’un peu de reconnaissance de leur potentiel pour réussir à vivre et à choisir leur vie.

De par mes rencontres, je pense également que la pratique d'un art martial reste ancrée en nous pour la vie. Nous voyons régulièrement des personnes arrêter leur pratique pour diverses raisons (santé, études, motivation), mais cette pratique a changé leurs rapports aux autres et cela pour toujours, leur philosophie de vie. C'est aussi cette sérénité de vie que je veux apporter à chacune.

Ce projet de cours dans les quartiers prioritaires de ville permettra de développer la pratique sportive dans les quartiers et de transmettre des valeurs de citoyenneté forte. J'espère qu'il sera expérimental et pourra lancer d'autres initiatives de ce type dans d'autres villes.

 

Source : La Lettre du Cera, Printemps 2018

L'Aïkibudo à Viuz-en-Sallaz

Numerisation0001

Bientôt la reprise des cours et stages pour l’Akan - Aïkibudo

Les membres du club ont fete la fin de l annee autour d un gouter et du verre de l amitie enfants et adultes photo le dl d b 1515083708L’heure des vacances de Noël a sonné pour les clubs et autres associations. Après avoir fêté la fin de l’année autour d’un goûter et du verre de l’amitié, enfants et adultes se reposent en attendant la reprise des cours. 

L’Akan-aïkibudo reprendra le chemin des tatamis le mercredi 10 janvier pour les enfants et adultes et le jeudi 11 janvier pour le kobudo. Le premier stage d’aïkibudo est programmé le samedi 13 janvier avec maître Floquet, fondateur de cet art martial, à Dardilly, et le premier stage de kobudo le lendemain à Couzon-au-Mont-d’Or avec maître Dubreuil.

 

Le Dauphiné, 05/01/2018

Excellent stage cuvée 2017 avec Sensei Floquet !

Lettre cera35

Les filles ont brillé par leur présence pour ne pas le souligner.

Au moins 25% de public féminin.

Elles se sont distinguées pendant cette semaine de stage enrichissante.

A vos Keikogi, mesdames !

 

Jocelyne Jaillot, Responsable comission féminine.

 

Lettre du CERA n° 35, Automne 2017

Premier stage d’aïkibudo kobudo de la saison au dojo local

Img 7431

Une trentaine de pratiquants pour ce stage, venus de Saint-Etienne, de Paris, de la région Rhône-Alpes, de Viuz-en-Sallaz, mais aussi de Suisse voisine. Photo Le DL/D.B.

L’Akan aïkibudo kobudo des Alpes du Nord, le club local, accueillait samedi dans le cadre du nouveau dojo le premier stage régional d’aïkibudo de la saison.

Organisé par le Comité régional d’aïkibudo Rhône Alpes, il était placé sous la direction de Maître Paul Patrick Harmant, 6e dan délégué technique fédéral.

Diverses techniques ont été abordées et pratiquées et deux groupes étaient formés, d’un côté les “Yudansha” et de l’autre les “Kyu”.

Une excellente ambiance a régné tout au long de ce stage. « C’est une bonne chose pour le club local, précisait satisfait son président, Joël Piéton, ce stage qui était à la base régional s’agrandit d’année en année… » 

Maryse Bochaton, adjointe aux associations, soulignait de son côté que le dojo avait son utilité et permettait de faire connaître Viuz-en-Sallaz bien au-delà des limites du département.

Le prochain stage d’aïkibudo-kobudo aura lieu le 18 novembre à Couzon, au Mont d’Oret. Puis, Maître Floquet, 9e dan, à l’origine de l’aïkibudo, sera à Lausanne en stage le 25 novembre. Des rendez-vous importants pour tous les pratiquants de ce sport.

 

Le Dauphiné, 10/10/2017

L’Akan sous le signe de la continuité

Akan po 2017

L’équipe éducative de l’Akan et ses jeunes ont eu la visite de Maryse Bochaton, adjointe aux associations, qui les a félicités pour leur dynamisme. Photo Le DL/Ch.B.

De démonstration en démonstration, les tatamis du nouveau dojo ont résonné toute la journée de samedi d’une intense activité, journée porte ouverte oblige. Pour les responsables de l’Akan Aïkibudo Kobudo des Alpes du Nord, à mi-journée, le bilan était plutôt positif.

« Cette journée est à la fois une reprise de contact entre les adhérents du club après les grandes vacances et l’occasion de se remettre en mémoire les différentes techniques après deux mois d’interruption », précisait Joël Piéton, le président du club. Un effort réalisé par tous, dans une ambiance conviviale propice aux échanges. « Cette journée porte ouverte 2017 laisse présager une bonne rentrée, poursuivait le président, Béatrice Gauthier reste l’enseignante de référence et je l’assiste dans sa tâche en tant qu’assistant. Du côté des jeunes, nous faisons le maximum pour les attirer sachant qu’il n’y a pas de compétition pour nos disciplines. Cette section continue pour l’avenir du club ».

Un stage de kobudo sera organisé samedi 30 septembre prochain, animé par Ivan Keller, 2e dan.

Horaires : aïkibudo enfant mercredi 18h30-19h30, kobudo-jeudi 19h45-21h15. renseignements : akan74@orange.fr, akan74.fr, ; facebook.com/groups/akan74.

 

Le Dauphiné, 13/09/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau